Autre-Monde

Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Séraphine Allsop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Séraphine Allsop
Pan
avatar

Messages : 247
Points : 421

Feuille de personnage
Age PJ: 16 ans
Site panesque ou ville: Eden
Altération ou métier: Empathie

MessageSujet: Séraphine Allsop   Sam 6 Nov 2010 - 16:11

Séraphine Allsop

Sexe : Féminin - Age : 16 ans - Site panesque : Eden

Background :
Notre histoire commence loin d'ici. Loin des États-Unis. Loin d'Eden. À une époque où personne n'aurait pensé que cela pourrait arriver. Notre histoire commence il y a seize ans, au coeur de l'Écosse, dans la cité d'Édimbourg. C'est ici qu'après des heures d'efforts fournis par sa mère, Séraphine vit le jour, enfant né prématurément, mais non moins en excellente santé. Premier enfant de Roy et Mary Allsop, elle vivra sereinement les premières années de sa vie, comme tout enfant. Ça commencera à se gâter lorsqu'elle atteint l'âge de six ans... Car, déjà vive pour son âge, déjà avisée du monde qui l'entoure, elle pose des questions, cherche à comprendre comment fonctionne le monde. Elle est curieuse de tout, et ne se satisfait pas des explications basées sur la Bible données par ses parents. Pas plus que de savoir que les garçons naissent dans des choux et les filles dans des roses. Ça n'est pas possible.
Ça n'est pas non plus possible qu'Adam et Ève aient été des humains et soient apparus, pof, comme ça, par volonté de Dieu. La maîtresse, elle disait pas ça, en classe. Alors l'Enfer commence. L'enfant s'insurge en cours de catéchisme, se fait rabrouer et disputer maintes et maintes fois, et forcer à la confession et à la messe du dimanche, à la Cathédrale St Mary. Le conflit est toujours là, en toile de fond. La tension est palpable, à la maison. La petite fille refuse de dire les grâces, même à l'école. Elle n'écoute pas, multiplie les bêtises. Qu'importe que son frère, d'un an son cadet, tente de l'imiter, ou soit plus raisonnable qu'elle.
Ça ne s'arrange pas avec l'école. Si c'est une jeune fille vive et pleine de facilités, elle ne manifeste aussi aucun intérêt pour la classe et cumule les remarques des professeurs quant à son comportement et son manque de rigueur. Elle n'écoute pas en classe, mais paradoxalement, passe ses journées dans les livres, curieuse de tout, avide de savoir et d'explication.

Vient l'adolescence, lentement. L'entrée au collège. La jeune fille s'était déjà montrée solitaire, mais arrive, finalement, à se constituer un petit groupe d'amis. Elle se montre très indépendante, mais montre aussi un certain charisme naturel, une certaine capacité à liguer les gens, et à les guider. Un genre de leadership naturel, qui lui permet sans trop de mal de se faire une place au collège. Cette fois, plus encadrée, plus surveillée, et surtout moins confrontée à la religion, elle consent à étudier, et parvient sans mal aux meilleurs niveaux des classes. Elle augmente les sorties aussi. Et que ce soit pour aller s'amuser sur le littoral Edimbourgeois, face à la Mer du Nord, ou encore dans les collines qui bordent la ville, elle ne s'arrête pas et, le plus souvent seule, s'aventure à droite, à gauche.
Elle ne sort pas beaucoup de sa ville. Elle est allée à Londres, une fois. Elle a longé le Loch Ness, aussi, a parcouru les Highlands. Mais rien ne vaut la Cité dans laquelle elle a grandi, son histoire, son climat, son paysage. Amoureuse de sa ville, elle s'y plait, et aurait pu y vivre encore de longues années. Surtout qu'après ses GCSEs – examen qu'on passe lors de sa seizième année au Royaume-Uni – elle pourrait enfin arrêter l'école, chercher du travail, et... envisager, de plus en plus, de quitter l'atmosphère étouffante du nid familial. D'autant plus qu'à la maison, on n'est pas très en accord avec la vie... libérée, que l'adolescente mène depuis son entrée dans les classes d'examen de son Highschool. Elle a tendance à multiplier les garçons. Mais le dernier...
Avec lui, tout est différent. Elle est vraiment amoureuse, et se surprend, alors qu'elle vient de fêter son seizième anniversaire, à vouloir faire sa vie avec lui. Joshua, car c'est son nom, lui propose alors, un jour fatidique, de l'accompagner aux États-Unis, de s'enfuir avec lui pour vivre là-bas. Et jeune abrutie, que fait-elle ? Elle suit le bellâtre, plus vieux qu'elle de trois ans, et les voici qui s'envolent pour le New Jersey... Ceci, le peu de temps qu'elle restera là-bas, c'est-à-dire deux jours, fut un réel paradis. Et puis... Cette nuit-là, dans l'hôtel, elle fut absolument terrorisée par l'orage qui sévissait à l'extérieur. Collée contre « l'homme de sa vie », elle ne bougeait plus, incapable de dormir. Le sommeil eut raison d'elle au bout d'un long moment, et, sincèrement, elle aurait préféré ne jamais se réveiller.

Car, à son réveil, plus personne dans la chambre. Mais vraiment plus personne. Plus personne dans l'hôtel, plus personne nulle part. Une angoisse incompréhensible la saisit, alors que, paniquée, elle sort dans la rue, à la recherche désespérée de Joshua... Ou n'importe qui. Seule dans ce pays qu'elle ne connaît pas, où la végétation devient terrifiante au fil des heures qui passent, elle se laisse aller à ses larmes, et pleure pendant de longues minutes, exceptionnellement longues, sur le parvis de l'hôtel. Jusqu'à ce qu'une voix se fasse entendre.
- « Tu sais où est ma Maman ? »
Surprise, le visage baigné de larmes, le coeur rempli de regrets, la jeune fille redresse la tête. Une petite fille de sept ou huit ans est en face d'elle, le regard candide, mais les traits montrant bien qu'elle a peur. Elle aussi, elle est seule. Séraphine ne comprend pas ce qu'il se passe. Mais prenant conscience qu'il faudrait bien bouger et trouver une solution à ce bordel, elle décide de prendre la gamine avec elle, et de partir à la recherche d'autres personnes. Des adultes, qui pourraient les aider, et surtout l'aider, elle, à rentrer chez elle.

Elle rentre à l'hôtel, prend tout ce qu'elle peut faire rentrer dans le sac en bandouilière qu'elle a pris avec elle. Un rechange, une serviette, du savon, sa brosse à dents, du dentifrice... Et une miche de pain qu'elle a trouvée dans la cuisine de l'hôtel. La petite s'appelle Blanche. Elle parle beaucoup, là où sa camarade est silencieuse. Elles marchent beaucoup. Elle ne savent pas où elles vont, mais elles marchent, dans l'espoir de voir d'autres personnes, de rencontrer d'autres gens. Il apparaît très vite que les adultes ne sont pas dignes de confiance. Le peu qu'elles croisent les attaquent, agressifs, essayant même d'en vouloir à leur vie. D'autres créatures apparaissent, comme des mutants étranges et dégoûtants. Blanche pleure, tous les soirs, dans les bras de Séraphine, qui se retrouve forcée de l'écouter, de la consoler, d'essayer de comprendre ce qu'elle ressent pour mieux s'en occuper.
Après quelques jours, les voici qui rencontrent une tribu, un clan de jeunes, de tous âges, le plus jeune ayant sept ans, et le plus âgé dix-sept. Les filles les rejoignent ; ils disent être en route pour une ville qui se construit, d'après certains adolescents-voyageurs. Une route, un peu plus à l'ouest, où on commencerait à s'organiser.
Le voyage est long. Le temps que le petit clan arrive, les deux filles se sont intégrées. Séraphine a commencé à devenir un peu la confidente de tout le monde, par son charisme naturel, et, malgré son mauvais caractère, on vient facilement vers elle pour se confier, lâcher ses inquiétudes. La jeune fille donne l'impression d'être innébranlable, et c'est ce qui pousse tout le monde à aller vers elle. Mais porter le fardeau de tout le monde, plus le sien, lui pèse, et régulièrement, elle envoie tout sur les roses, de mauvaise humeur. Une semaine avant leur arrivée à Eden, elle commence à se montrer lunatique, changeant d'humeur comme de chemise, hurlant à un instant, et s'effondrant en larmes à l'instant d'après.

L'attaque des Gloutons, alors qu'ils apercevaient la cité en construction, survint, aussi surprenante qu'une tempête de sable. Au petit matin, alors qu'ils levaient le camp. D'ici la nuit tombée, ils seraient arrivés à Eden. Mais certains d'entre eux n'arriveront jamais. Bien sûr, le petit clan se défendit. Mais il perdirent un bon tiers des leurs, parmi lesquels les deux plus jeunes. Le hurlement que poussa Séraphine en voyant la petite Blanche tomber fendit toute la plaine de douleur. Heureusement qu'elle n'était qu'empathique, et qu'elle ne transférait pas ses émotions sur les autres...
Il fut difficile, après la bataille, de faire repartir l'Écossaise. Ce fut elle qui exigea qu'on enterre ceux qui avaient laissé leur vie ici. Et donc qui les fit arriver à Eden juste avant que la nuit ne tombe là où ils auraient pu arriver une bonne heure avant.
En deuil, vraiment à bout vis à vis de ce qu'elle avait perdu par sa stupidité – elle n'imaginait pas que de l'autre côté de l'Atlantique ce soit pareil – et de la douleur qu'elle ressentait vis à vis de la perte de la petite fille, elle fit montre de son mauvais caractère comme jamais. Désagréable, asociale, solitaire, elle refusa tout contact avec tout le monde, jusqu'à ce qu'on l'informe que le clan avec qui elle était arrivée l'avait désignée pour sièger en leur nom au Conseil d'Eden. Il faut dire que Séraphine ne se laissa pas convaincre tout de suite. Mauvais caractère oblige, elle refusa d'abord. Puis revint sur sa décision, et accepta de sièger, avec tous les autres, pour essayer de faire de la Cité d'Eden un point de ralliement pour tous les Pans.

Aujourd'hui ?
Même si, quelque part, au fond d'elle, elle nourrit l'espoir qu'il n'en soit pas ainsi outre-Atlantique, et qu'elle puisse rentrer chez elle, retrouver sa ville, retrouver ses amis, et même ses parents, elle sait que les chances sont nulles. Le monde entier a changé. Et maintenant, il faut vivre avec.

Description physique :
Séraphine n'est pas une fille qui ferait tomber n'importe quel homme en transe à cause de sa beauté. Non, pas vraiment. Sans être spécialement vilaine, elle ne sort pas non plus du lot par son physique. Certes, elle a un visage aux traits fins, lui donnant parfois une allure de poupée de porcelaine tant sa peau est pâle, certes ses boucles de couleur châtain coulent naturellement sur ses épaules, certes ses lèvres roses pourraient en tenter plus d'un. Mais son regard parfois froid, souligné d'iris vertes, n'encourage pas à venir l'aborder, pas plus que le ton sec de sa voix qui semble tout faire pour vous maintenir à distance.
Et puis, il y a tant de jeunes filles plus jolies qu'elle...
C'est vrai que, bien qu'elle soit complètement formée, elle n'est pas non plus une bombe. Plutôt fine, elle a une poitrine modeste, des hanches assez étroites, et ne mesure pas au delà d'un mètre cinquante-cinq. Ses mains sont petites, faites de petits doigts fins et d'ongles assez longs. Ses jambes ne sont pas très longues, ni très épaisses, mais sont suffisamment musclées pour lui permettre de tailler un sprint en cas de problème. Globalement, elle est d'un physique assez fragile, mais pourtant résistant à la maladie ou à la douleur.

Signe distinctif : Parle avec un accent écossais, c'est-à-dire une nette tendance à rouler les r, à mâcher ses mots, et à utiliser des régionalismes méconnus des américains.

Caractère :

Moralement :
Raph' n'a pas mauvais fond. Au contraire, quelqu'un qui aurait vraiment besoin de son aide ou qui aurait réussi à percer sa coque de solitude pourrait bénéficier de ses précieux conseils. Car oui, la qualité principale de Séraphine est sa capacité à faire le vide, à tourner la page, et à prendre du recul sur n'importe quelle situation. Ajoutez à cela une certaine dose de charisme, une facilité déconcertante à s'imposer lors de débats, et une capacité certaine à se faire écouter, et vous obtenez un joli mélange. On appelle aussi cela la sagesse. Elle en serait la femme parfaite si cette « sagesse » n'était pas couplée à un véritable caractère de cochon. Eh oui, n'existe pas de qualités sans défauts pour les mettre en valeur, et dans le domaine, Raph' se démarque tout particulièrement. Cinglante, cassante, parfois cynique – eh oui – plutôt pessimiste, colérique, fière, parfois même avec une pointe d'arrogance... Si on veut l'approcher, il faut s'accrocher. Surtout qu'elle a aussi une légère tendance à manipuler les gens, même si cela tend à disparaître à cause de l'esprit de solidarité, nécessaire, qui naît au sein de la communauté Pan.
Néanmoins, elle a ses qualités aussi. Elle est fidèle, loyale et sans faille. Si elle ne respecte les lois ou autres que lorsque ça l'arrange, elle mettra un point d'honneur à ce que ce soit pour le mieux et le bonheur du plus grand nombre. Certes, elle a mauvais caractère, et n'a aucun principe ni morale, mais reste une personne sur qui on peut compter, sans quoi elle n'aurait pas développé cette altération, n'est-ce pas ? On peut se demander comme elle était avant la Tempête. Oh, elle n'était pas si différente, peut-être un peu plus candide et naïve, peut-être moins tranchante dans ses propos. Mais, globalement, elle était la même ; une personne entière, pleine de défauts... Mais qu'on aime comme elle est.
Oh, petite précision : elle peut se montrer d'une vulgarité sans limite dès lors que la colère, que ce soit la sienne ou une apportée par l'empathie, pointe le bout de son nez. Et, plus le temps passe, plus elle devient lunatique, changeant d'humeur comme de chemise... Question d'altération.

Socialement :
Une catastrophe. C'est justement ce qui l'a faite nommée au conseil d'Eden, car elle pouvait ainsi développer un recul essentiel et une certaine objectivité sur toutes les situations, signe de sagesse. Mais d'un point de vue social, c'est vraiment pas la joie. Déjà assez solitaire à la base, la naissance de son altération ne l'encourage pas à côtoyer les autres. Mais alors pas du tout. Ainsi donc, elle n'a pas ou presque d'amis, et évite les fêtes ou manifestations principales à Eden, n'apparaissant, le plus souvent, qu'au détour d'une cabane de bois, ou lors des arrivées de Longs-Marcheurs, pour écouter leur récit. Et bien évidemment lors des réunions du Conseil d'Eden.

Altération :
Tous les enfants et adolescents ont développé leur altération à leur propre rythme. Ce qui était d'abord quelque chose d'intriguant est vite devenu un réel handicap pour Séraphine, qui a développé une certaine forme d'empathie, qu'elle ne contrôle pas et qu'elle ne peut pas « éteindre ». Ce qui la rend presque constamment fatiguée et l'oblige à rester autant que possible dans l'enceinte d'Eden – trop dangereux en expéditions. Suivant sa fatigue, elle ressent plus ou moins bien les émotions des autres, et peut se les approprier parfois sans s'en rendre compte, ce qui la rend particulièrement lunatique et ajoute encore à son caractère, déjà mauvais à la base.

Possessions :
  • Un sac en bandouilière, avec marqué en gros « A Wee Bag for a Wee Girl ».
  • Deux serviettes d'hôtel, qui devaient être blanches, à la base.
  • Quelques menus vêtements, trouvés au gré des villes traversées.
  • Du savon, une brosse à dents, du dentifrice, une brosse à cheveux à moitié cassée.
  • Un pieu en bois, et un crucifix. Mine de rien, ce sont des armes très efficaces... Mais Séraphine n'étant pas vraiment une guerrière, c'est plus pour sa défense qu'autre chose.
  • Une boîte de conserve de « haggis ».
  • Un briquet.
  • Une gourde, pas toujours pleine, qui est dans un état relatif aux jours passés en plein nature.


Dernière édition par Séraphine Allsop le Ven 18 Jan 2013 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Séraphine Allsop
Pan
avatar

Messages : 247
Points : 421

Feuille de personnage
Age PJ: 16 ans
Site panesque ou ville: Eden
Altération ou métier: Empathie

MessageSujet: Re: Séraphine Allsop   Dim 7 Nov 2010 - 16:13

Mes aventures sur Autre-Monde
Les RP auxquels j'ai participé.

INTRIGUE : RENAISSANCE

Février 2009 :
- Coccine-aile ou Cocci-plume ? - TERMINE

INTRIGUE : DANGER IMMEDIAT

Juin 2009 :
- Les jeux d'été - TERMINE

Juillet 2009 :
- Une nuit comme tant d'autres - TERMINE
- La louve albinos - TERMINE

Août 2009 :
- Sur les mers ignorées... - TERMINE

INTRIGUE : CHANT GUERRIER

Septembre 2009
- Un bien ou un mal ? - TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
 
Séraphine Allsop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séraphine de Senlis
» Les hiboux n'envoient plus de lettres, ils créent des liens. [PV Séraphine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde :: Au Petit Matin :: Les Survivants :: Les Pans-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit