Autre-Monde

Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 [Alex Evrin] - Sans passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Evrin
Kloropanphylle
avatar

Messages : 28
Points : 30

Feuille de personnage
Age PJ: 12 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Estimation mesures

MessageSujet: [Alex Evrin] - Sans passé    Jeu 5 Juin 2014 - 13:38

Alex n'était pas enchanté de la tâche qui l'attendait. Il n'était pas quelqu'un de très porté sur l'administratif, la paperasse, les choses comme ça. En fait, rien ne l'ennuyait davantage. Alors quand il avait appris que sa sanction allait consister à transporter et classer, dans les tréfonds abandonnés de l'hôpital, les dossiers de tous les Kloropanphylles du Nid – pour effectuer un genre de recensement, à ce qu'on lui avait dit –, il s'était résigné à vivre de longues heures d'une routine assommante.
La seule chose appréciable, c'est qu'au moins il n'était pas connu comme quelqu'un de particulièrement remuant ou indiscipliné, ce qui lui avait épargné la présence d'un garde chargé de vérifier qu'il faisait bien ce qu'on lui disait au lieu de roupiller ou de bâcler sa tâche. On lui avait juste imposé un horaire, le lieu de on boulot et en quoi il consisterait. Pour le reste, il se débrouillait et prenait ses responsabilités en cas de bêtise ou de désobéissance.

Le Nid se limitait à un secteur plus petit que ce qui avait été aménagé dan l'Ancien Monde, il était seulement construit sur les bâtiments principaux de l'hôpital. Le reste des constructions n'étaient pas toutes sûres, il restait encore des endroits parcourus par toutes sortes de bêtes plus ou moins amicales, envahis par la végétation. Mais toute la partie administration était sécurisée, bien que peu fréquentée par les autres Kloro. Alex emprunta un escalier à peu près nettoyé pour rejoindre ce qui avait été transformé en une sorte de salle des archives. L'endroit était plongé dans la pénombre, due à la forêt qui surplombait le bâtiment de quelques mètres, mais quelques rayons de lumières filtraient par les fenêtres du couloir, donnant un éclairage doux et tamisé. Au moins ne serait-il pas obligé de travailler dans des conditions trop désagréables.
Les bureaux de la salle croulaient sous les dossiers poussiéreux. Les Kloros chargés de leur compilation avaient rassemblé à peu près tout ce qu'il était possible de rassembler concernant les anciens patients de l'établissement – une sorte d'état civile des habitants du Nid. Au total, plus de six cent classeurs froissés à regrouper selon le métier de chacun, dont on lui avait donné une longue liste. Il la sortit de sa poche, la parcourut rapidement et allait s'avancer vers le premier tas quand un adolescent sortit d'une pièce annexe.

Joran. Le garçon s'arrêta brièvement en apercevant Alex, le salua d'un bref signe de tête.
— Salut, dit-il.
— 'lut, grogna Joran.
Il avait un pansement très récent au-dessus de l'arcade sourcilière. Alex tenta un timide sourire :
— Tu es rentré ?
— Hier.
Il l'observa pendant un instant, semblant sur le point de dire quelque chose, puis se raviser. L'adolescent demanda finalement d'une voix morne :
— Qu'est-ce que tu fais ici ?
Alex lui montra sa liste :
— C'est ma punition. Je vais faire du classement.
Joran l'observa encore, puis finit par lâcher :
— Désolé.
Alex haussa les épaules, un peu gêné.
— C'est moi qui ai lâché cette corde.
Joran secoua la tête, le visage toujours fermé, avant de contourner Alex pour se diriger vers la sortie de la pièce dans l'intention de remonter au Nid. le garçon le suivit des yeux et s'enquit :
— Et vous, dans la forêt, ça s'est passé comment ?
Joran se tenant de profil, il put voir que l'adolescent avait une série de coupures encore rouges à la pommette. Il ne lui répondit pas et franchit la porte des escaliers. Alex fronça les sourcils, décida que son travail attendrait un peu et le rejoignit entre les deux paliers.
— Joran, qu'est-ce qu'il y a ? C'est ta mission ?
— Oui, répondit sèchement Joran sans se retourner.
— Elle s'est mal passé ?
— Oui, elle s'est très mal passé, oui.
— Bon, fais pas cette tête, maintenant c'est bon. C'est passé.
Joran stoppa au milieu des marches et se retourna, les lèvres serrées. Il n'avait vraiment pas l'air bien, et sembla hésiter à dire ce qu'il voulait dire à Alex. Finalement, il se ravisa et continua à monter.
— Écoute, je suis vraiment désolé, dit Alex, peiné.
Joran l'ignora, termina son ascension et tourna au palier suivant, sans décocher un mot de plus. Le jeune garçon était si perplexe qu'il mit plusieurs secondes pour réaliser que l'adolescent était parti avec, sous le bras, plusieurs liasses des papiers qu'il était censé classer.
— Joran ! l'appela-t-il.
Il ne répondit pas. Alex se dit qu'il le rattraperait ensuite pour lui demander de les lui rendre, après tout, il ne voyait pas ce qu'il avait à faire avec.

La seule chose qui préoccupait Alex était le comportement de Joran. Quand il l'avait connu, Joran était un adolescent aimable et compréhensif. C'était lui qui l'avait aidé à passer le cap de son coma et de ce brusque changement de monde auquel ils avaient tous été confrontés, mais lui en plus au sortir d'une épreuve difficile. Il lui avait également appris à parler anglais, l'avait accompagné au début de sa vie au Nid. Ils étaient bons amis. Et puis depuis quelques semaines, petit à petit, Alex l'avait vu devenir maussade, fermé, désagréable avec les autres, toujours prompt à lâcher une petite remarque acerbe. Au début, il s'était dit qu'il traversait une mauvaise passe, qu'il n'avait pas le moral. mais cet état s'éternisait depuis presque un mois et demi.
Et puis il y avait eu cet accident alors qu'ils procédaient à la remontée, depuis un petit quai où les ouvriers avaient achevé sa construction, d'une barque en bois. Cette dernière n'était ni très grosse ni très lourde, ils avaient donc jugé inutile d'appeler des personnes plus costaudes, et ils s'en étaient chargé à deux. L'embarcation était presque arrivée en haut quand les mains d'Alex avaient glissé sur la corde, le forçant à lâcher pour ne pas se déchiqueter les paumes avec le cordage qui filait déjà en sens inverse. Un côté de la barque était tombé en chute libre, Joran avait lâché prise à son tour, et en quelques secondes, la barque avait dégringolé dans la cime des arbres en contrebas, se fracassant comme un tas d'allumettes. Les ouvriers, qui avaient assisté à la destruction de plusieurs jours de travail acharné, avaient aussitôt rapporté l'incident. Et comme Alex et Joran avaient manqué aux consignes de sécurité les plus élémentaires, ils s'étaient vu infligé une sanction chacun. Joran l'escorte d'une expédition botanique dans les hauteurs de la forêt, et lui le classement des dossiers.

Il ne voyait pas comment la mission de son compagnon avait pu mal tourner. Peut-être s'était-il embrouillé avec les autres membres de l’expédition, il avait très bien pu chercher des noises à quelqu'un et provoquer une dispute. Ou alors il s'était passé quelque chose d'anodin, mais que Joran interprétait comme très grave. Vu son caractère ces derniers temps, c'était très possible, après tout. Pourtant il se souvint des blessures que Joran avait au visage. Il s'était probablement battu. Contre quelqu'un ou quelque chose ? Peut-être que lui et son équipe avaient fait une mauvaise rencontre et que quelque chose avait réellement mal tourné.
Il irait lui demander une fois qu'il aurait fini. Pour le moment, il devait commencer le classement de tous ces dossiers.


Dernière édition par Alex Evrin le Ven 20 Juin 2014 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alex Evrin
Kloropanphylle
avatar

Messages : 28
Points : 30

Feuille de personnage
Age PJ: 12 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Estimation mesures

MessageSujet: Re: [Alex Evrin] - Sans passé    Ven 6 Juin 2014 - 8:17

N'ayant pas envie de reprendre sa tâche le lendemain, Alex demeura dans les bureau pendant tout le reste de la journée, enchaînant les aller-retours entre sa liste et les piles de papier pour, sinon finir son travail, au moins en abattre un maximum. Des heures et des heures plus tard, il releva la tête vers les fenêtres et vit que la lumière tamisée de l'extérieur avait diminué, plongeant la pièce dans une demi-pénombre feutrée. Le garçon devina que la nuit pointait.
Il étira les bras au-dessus de sa tête et se cambra, faisant craquer une demi-douzaine de ses vertèbres en poussant un long grognement. La tête lui tourna et il tomba assis dans un des fauteuils bancals, près de la table où il se trouvait. Il prit une minute de repos, puis avisa le tas de paperasse qui se trouvait devant lui, soupira et jeta un coup d’œil à sa piste pour vérifier où il en était.

Vérifier la présence de tous les habitants du Nid au moyen de la liste ci-jointe, fait. Il manquait quelques-uns des papiers, il allait devoir le signaler après. Classer les fiches par métiers, toujours à l'aide de la liste, fait. Rédiger un récapitulatif nom-prénom/âge/métier, C'était tout pour le moment. Il chercha la feuille sur laquelle il avait cochés les noms et vérifia lesquels manquaient, pour qu'il puisse en rendre compte.
Trois personnes qu'il ne connaissait pas et un certain Miller Genessis, qu'il supposa être le dénommé Copper-Wings dont il avait entendu parler – "Copper-Wings" avait davantage une tête de pseudonyme que celle d'un vrai nom de famille. Quatre dossiers manquants sur plus de six cent, ce n'était pas catastrophique, et ce ne serait pas dur à réparer. Après s'être de nouveau étiré, il se leva du fauteuil et se dirigea vers la sortie. En montant les escaliers pour rejoindre les passerelles du Nid, il ne vit pas l'adolescent tapi dans l'ombre d'un couloir adjacent. Joran attendit que le garçon ait disparu, puis il sortit de sa cachette et descendit les marches en direction des bureaux.

Alex sortit dans l'air frais du soir, respira un grand coup et remonta les escaliers de bois longeant l'énorme tronc du chêne qui avait poussé à travers l'hôpital pour rejoindre les niveaux supérieurs, sa liasse de papiers à la main.
Il avait pour instruction de la rapporter à un membre du Conseil des Sœurs, il prit donc la direction de l'amphithéâtre en espérant que les trois cheftaines Kloropanphylle soient disposées à interrompre durant quelques secondes leurs activités, le temps qu'il leur transmette les papiers. En arrivant devant l'entrée du lieu du Conseil, il fut arrêté par un des gardes qui campait au milieu du passage.
— J'ai ça à donner aux Sœurs, dit-il il en montrant la liasse de feuillets qu'il avait à la main.
Le garde, un adolescent trapu à la peau sombre qui contrastait avec ses cheveux verts, se pencha légèrement vers lui en fronçant les sourcils.
— Pardon ?
Alex s'appliqua sur sa prononciation :
— Les Sœurs. J'ai ça pour elles.
— Ah. Les Sœurs ne reçoivent personne pour le moment, répondit le garde.
Alex fit la grimace.
— Vraiment personne ? demanda-t-il.
Le garde le regarda bizarrement.
— Tu ne sors pas de ta chambre, ou quoi ? Tu ne sais pas ce qui est arrivé ?
Alex secoua la tête.
— J'ai passé la journée en bas.
— Des étrangers ont osé approcher Gaïa et tenter de communiquer avec elle, dit le garde.

Alex ouvrit de grands yeux. Il devina que les Sœurs étaient en ce moment même en train d'interroger les étrangers en question. Elles avaient autre chose à faire que de s'occuper de ses papiers.
— D'accord, c'est pas grave, fit-il. Je repasserai. Merci.
Il tourna les talons. Juste avant qu'il ne s'éloigne, le garde le rappela :
— Tu n'es pas celui qui doit rassembler les papiers d'en bas, des fois ?
Alex se retourna.
— Si.
— Alors laisse tomber Miller Copper-Wings.
— Pourquoi ?
— Il est mort.
Alex accusa le coup.
— Quand ça ?
— Hier. Ton copain Joran est rentré de sa mission avec d'autres, sans lui. Ils disent qu'il est mort. Vu l'état dans lequel ils étaient, je veux bien les croire.
Alex réalisa que Joran ne lui avait pas menti et lui affirmant que sa mission s'était très mal passé. Ses pansements et ses blessures s'expliquaient. Il ne savait pas ce qui avait pu survenir pour entraîner la mort de l'un des membres de l'expédition, mais il comprenait que l'adolescent fasse cette tête.

— D'accord, dit-il finalement en reculant. J'y penserai.
Puis il s'éloigna dans l'intention d'aller parler à Joran. Maintenant qu'il connaissait les raisons de son attitude de début d'après-midi, il ne la trouvait que plus inquiétante. Joran, visiblement, avait mal encaissé le choc.
Revenir en haut Aller en bas
Alex Evrin
Kloropanphylle
avatar

Messages : 28
Points : 30

Feuille de personnage
Age PJ: 12 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Estimation mesures

MessageSujet: Re: [Alex Evrin] - Sans passé    Ven 20 Juin 2014 - 16:08

Alex ne vit pas de lumière dans les appartements de Joran, tout en traversant la passerelle de corde qui menait au chêne des habitations. Peut-être dormait-il déjà, mais ça ne lui ressemblait pas. Joran n'était pas un couche-tôt. Alex parvint sur la plateforme en bois, occupée par une multitude de cabanes, à l'abri du feuillage, et se dirigea vers celle de Joran. Il hésita un peu avant de frapper deux coups à la porte, un doigt replié. Après quelques secondes sans réponse, il retenta le coup.
— Joran ?
Toujours pas de réponse. Il essaya d'ouvrir la porte, qui émit un petit claquement avant de lui céder le passage. Alex vit que l'adolescent avait voulu mettre le loquet, mais celui-ci était défectueux. Le domicile de Joran était désert, sans aucune lumière allumée. Le garçon s'apprêtait à refermer la porte pour le chercher autre part, quand il se dit qu'il allait en profiter pour récupérer les papiers que Joran lui avait pris lorsqu'ils s'étaient croisés, plusieurs heures auparavant.

Il pénétra à pas comptés dans la pièce et se dirigea vers le petit meuble en bois qui servait de bureau à son ami. Il n'eut aucune difficulté à trouver ce qu'il cherchait : les papiers étaient les seuls posés sur le bois, à côté des restes d'une bougie éteinte. Ils étaient toujours enserrés dans l'élastique qu'il avait aperçu en bas dans les bureau, il supposait donc que Joran ne les avait pas encore lus. Il les saisit, regardant au passage ce dont il s'agissait. Il s'approcha de la fenêtre, par laquelle filtrait un unique rayon de lune passé au travers du feuillage. Il lui fallut plisser les yeux, et surtout se concentrer pour déchiffrer le document administratif rédigé en anglais, mais il avait l'impression d'avoir entre les mains un genre de page de registre. Un des bords était percé de déchirures horizontales, ce qui le laissait penser que Joran l'avait arraché à un classeur.
Il continua à lire. Il ne comprenait pas tout, mais il crut déchiffrer les noms de plusieurs services médicaux tels qu'on en trouvait avant, dans les hôpitaux. Il ne voyait pas quels étaient les intentions de Joran en consultant de tels documents, jusqu'à ce qu'un mot survolé rapidement durant sa lecture attire son attention. Il revint quelques lignes en arrière, et le retrouva : le nom de Joran.

Elvis Joran Mullinger, disait le papier. Le nom de l'adolescent était imprimé au milieu de quelques autres, mais ils ne lui disaient rien. Alex chercha, sur le document, un titre de section, un encadré ou n'importe quoi qui pourrait lui dire ce que Joran faisait là-dessus. Il le trouva peu après et dut le relire plusieurs fois. D'abord pour être sûr d'avoir bien déchiffré les caractères éclairés par la lueur lunaire, ensuite pour être certain de bien traduire ce qui était marqué.
Intellectual disability, disait la fiche. Suivait une liste de numéros de salles et de références diverses. Intellectual disability. Si Alex comprenait bien, Joran, dans son ancienne vie, était hospitalisé ici en raison d'une déficience intellectuelle.
Il se sentit soudain mal à l'aise, comme s'il avait porté atteinte à l'intimité de l'adolescent. Pourtant, il replia le document entre ses doigts pour parcourir les pages suivantes. Il s'agissait, d'après ce qu'il comprenait, d'un rapport d'examen du patient Elvis Joran Mullinger par un psychiatre de l'hôpital. Il fronçait les sourcils au fur et à mesure de sa lecture.

Le texte était rédigé dans un langage trop formel et technique pour qu'Alex en saisisse tout le sens, mais cela ne l'empêchait pas d'en comprendre l'essentiel. Il était question d'un retard psychomoteur lourd. Troubles de la mémoire et des interactions sociales, difficultés à la communication.
Un mouvement par la fenêtre lui fit lever la tête. Il se crispa en apercevant Joran sur une des passerelles proches, revenant chez lui. Pas sûr qu'il le prenne bien s'il le surprenait ici. Le jeune garçon chercha une issue autour de lui et avisa la fenêtre opposée, entrouverte, tout en remettant les papiers dans leur élastique, sauf celui traitant du service psychiatrique de Joran, qu'il fourra dans sa poche. Il les reposa ensuite sur le bureau, à l'endroit et dans la position dans laquelle il les avait trouvé, puis se hâta d'ouvrir la fenêtre pour enjamber le rebord, qui surplombait d'à peine deux mètres une autre passerelle du Nid. Il prit soin de refermer le volet avant de se laisser tomber le plus souplement possible sur le bois du chemin.
Personne ne l'avait vu. Il épousseta son short, jeta un regard autour de lui puis quitta la paserelle pour prendre la direction du niveau où il habitait, l'esprit préoccupé par ce qu'il avait lu – et continuerait de lire sitôt rentré chez lui.

Alors qu'il marchait, il réalisa alors une chose : Joran avait sans doute été guéri de son infirmité par Gaïa. Mais s'il avait passé toute sa vie avec un handicap mental aussi lourd, alors il n'en avait probablement aucun souvenir.
Joran était amnésique aussi, mais à un niveau bien plus grave que le sien.
Alex commençait à comprendre ce que l'adolescent cherchait parmi les archives.

- Fin de la chronique. -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Alex Evrin] - Sans passé    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Alex Evrin] - Sans passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anne ¤ Un homme sans passé est plus pauvre qu'un homme sans avenir. [Terminé]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Addison Hill ♦ Sans regret du passé, Ni peur de l'avenir.
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde :: Au Petit Matin :: Chroniques Intimes-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com