Autre-Monde

Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Sloane Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sloane Connor
Kloropanphylle
avatar

Messages : 152
Points : 182

Feuille de personnage
Age PJ: 17 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Percevoir la véritable nature des choses, percer les illusions/mensonges.

MessageSujet: Sloane Connor   Sam 31 Déc 2011 - 14:37

Sloane Connor

Sexe : Féminin - Age : 17 ans - Site panesque : le Nid

Background :
  • Enfance : Sloane a grandi avec sa sœur jumelle Satine dans une petite banlieue résidentielle coquette et paisible. Née de parents aimant, la famille se distingue malheureusement par une tare génétique. En effet, les Connor sont depuis toujours atteints d’une fragilité psychique qu’il convient de surveiller. Allant de la dépression au trouble bipolaire en passant par les hallucinations, cela fait des décennies que le cerveau Connor fait des siennes. Les jumelles Satine et Sloane Connor ont donc étaient surveillées dès leur plus jeune âge comme tous les enfants de la famille. Pourtant, les deux filles parviennent à mener une vie parfaitement normale et passent les premières années de leur vie sans manifester de troubles particuliers, au grand soulagement de leurs parents Reynald et Veronica. En tous points semblables physiquement, les jumelles se différencient toutefois l’une de l’autre à partir de la primaire où Sloane se fait plus secrète, plus forte aussi et affirme un caractère qu’elle ne possède pas pour préserver Satine de son trop plein de gentillesse. Gentillesse que Sloane appelle en son fort intérieur : faiblesse. Trop influençable, Satine est une vraie bonne poire et Sloane devient sa protectrice attitrée. Un rôle qu’elle continue à endosser en passant au collège, puis au lycée.

  • Lycée : Finalement, Sloane ne se lie d’amitié avec personne. Ses plus proches connaissances sont les amis de Satine qu’elle suit partout au plus grand bonheur de celle-ci qui ne supporte pas d’être séparée de sa sœur. Pourtant, cela n’aurait pas dérangé Sloane outre mesure d’être un peu seule mais voilà, quelque chose dans le comportement de Satine l’inquiète au plus haut point. Environ un an avant la Tempête, Satine dit parfois voir des choses assez surprenantes et en parle à Sloane qui réussit à la convaincre de garder tout cela pour elle. Satine ne dit donc rien aux parents mais préfère se confier au neurologue ainsi qu’au psy, suivant à la lettre le protocole de surveillance. Aussi inquiète qu’agacée, Sloane doit pourtant se rendre à l’évidence un jour où elle voit les nuages crépiter d’éclairs bleus vifs avant de redevenir normaux. Cette fois, c’est la peur qui prend le dessus. Des deux jumelles, c’est Sloane qui craint le plus l’idée d’être atteinte de la maladie génétique de sa famille et pour elle il n’existe qu’une seule solution pour s’en sortir : nier. Au grand dam de Satine qui pensait trouver en elle une alliée, elle refuse d’admettre ce qu’elle a vu et s’enferme de plus en plus dans son rôle de fausse bad girl à la mauvaise réputation.

  • L’Incident : C’était quatre mois avant la Tempête. Sloane et Satine rentraient du lycée à pieds quand un mouvement suspect attira leur attention. Une traînée bleu vif fila à une allure folle sur le trottoir avant de disparaître dans une bouche d’égout. La vision fut brève mais les jumelles réussirent à distinguer nettement un mille pattes au cœur de cette lumière. Un énorme mille pattes de cinquante centimètres aussi rapide qu’une voiture. Satine était fascinée et Sloane pétrifiée. Pour la première, il s’agissait d’un phénomène extraordinaire et non pas d’une hallucination puisque Sloane l’avait vu aussi. Mais pour cette dernière, cela ne pouvait être vrai et si Satine l’avait vu aussi, c’était seulement le signe d’une hallucination synchronisée due à leur gémellité. Mais Satine ne tint plus en place, persuadée d’être témoin d’une découverte bouleversante, et elle déballa tout dès l’arrivée des parents malgré Sloane qui tentait de la faire taire. Peine perdue, non seulement elle parla du mille pattes, mais également de toutes les autres étranges manifestations qu’elle percevaient depuis quelques mois. Comme s’y attendait Sloane, les parents paniquèrent et pensèrent que la tare génétique émergeait. Trop emballée pour s’inquiéter de passer pour une folle, Satine décida de sortir son joker et de prendre Sloane à témoin. Mais elle resta muette, déclenchant le silence le plus lourd de sa vie. Puis ses parents se décidèrent enfin à parler, lui demandant si elle aussi avait vu ce que prétendait sa sœur. Dans la tête de Sloane une lutte acharnée se livra. Entre le ton angoissé de son père et le regard suppliant de sa sœur, elle fit un choix qu’elle regrettera toute sa vie. « Non ». Un seul et unique mot qui scella le destin de Satine. Après d’interminables séances chez le psy et de nouveaux examens neurologiques, Satine exclut de nier ses visions, et le fait qu’on refuse de la croire la plongea dans une profonde dépression. Finalement et à contre cœur, elle fut envoyée en institut psychiatrique, au dernier étage d’un hôpital pour enfants. Ce même hôpital dont les jeunes résidents muteraient bientôt en Kloropanphylles... C’était deux mois avant la Tempête. Deux mois durant lesquels Sloane sécha les cours une à trois fois par semaine pour se rendre à pieds jusqu’à l’hôpital voir Satine, malgré son malaise en présence des médecins et des patients. Armée de son sac de cours rempli du strict minimum, elle passa des heures à marcher pour quelques minutes de conversation.

  • La Tempête : Sloane s’était levée tôt ce matin là pour vider son sac du surplus de classeurs et cahiers qui ralentirait sa marche, et faire de la place à sa gourde. Elle conserva toutefois le livre qu’ils étudiaient actuellement en cours : Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos, un auteur génial selon elle. Elle quitta la maison d’un pas tranquille, prête à manquer une nouvelle journée de cours, quitte à obtenir une sanction pour absentéisme. Cinq heures plus tard, elle se présentait à l’institut et demandait à voir Mlle Connor Satine. Malgré la fatigue et la faim qui la tenaillait, Sloane continua de s’amuser des infirmiers qui l’abordaient en la prenant pour sa sœur. Une fois seule avec elle dans sa petite chambre aux murs blancs, elles discutèrent, plus détendues que les semaines précédentes, bien que les larmes et les cernes gâchent encore le visage de Satine. D’un commun accord pourtant, elles ne parlaient jamais de la trahison de Sloane, préférant laisser un blanc ou faire parler les regards. C’est pendant l’un de ces silences que la Tempête éclata. Éclairs bleus traversant les murs, foudroyant les corps… Des cris de terreur se firent entendre, et Sloane plaqua Satine au sol avant de les couvrir toutes deux du matelas. Mais Satine ne manifesta aucun signe d’inquiétude et repoussa même le matelas, fascinée par le spectacle des rayons bleus. « Je le savais », murmura-t-elle avant d'être frappée par un rai azur. Sloane ne put que regarder, impuissante, masquant son cri dans l’épaisseur du matelas. Il ne restait rien de Satine, pas même ses vêtements. Elle resta figée une éternité là-dessous, bien après que la Tempête eut cessé… Puis commencèrent à émerger des voix juvéniles appelant à l’aide, puis des pas fouillant les chambres. Mue par son instinct de survie, Sloane repoussa son abri, fouilla dans la commode miniature de Satine et y prit des vêtements qu'elle enfila rapidement. Une étiquette au nom de Connor était cousue à l'intérieur de chaque pantalon et sur la poitrine des hauts. Le nom de Connor marquait également la porte de la chambre. Elle entreprit de se frotter les yeux pour se démaquiller mais son reflet dans un éclat de vitre lui apprit que les larmes avaient fait l’essentiel du travail. Elle était l’exacte réplique de sa sœur à présent, aucun pensionnaire ne pourrait la différencier de Satine Connor. Elle planqua son sac, sortit de la chambre et se mêla aux autres enfants. Des petits tas de vêtements ponctuaient le sol d'une note macabre, tels des épitaphes. Aucun adulte à l'horizon, ne restait d'eux qu'un amas de tissu. L'image de Satine frappée par la foudre bleue s'imposa à Sloane. Mais Satine n'avait pas laissé ses vêtements. Sloane refoula ses larmes et se fit violence pour oublier la scène. Elle se concentra plutôt sur les autres enfants. Le peu d’entre eux connaissant sa sœur ne la connaissaient que sous le nom de Connor, appellation qu’elle décida de garder. La suite peut se résumer ainsi : ils découvrirent rapidement que tous les adultes avaient disparus. Certains voulurent retrouver leurs familles mais la forêt s’avéra impossible à traverser et aucun ne tenta l’expérience. Finalement Connor récupéra son sac, prétextant l’avoir trouvé, testa son téléphone portable sans succès et, enfin, se fondit dans la masse.

  • Maintenant : Connor s’est parfaitement intégrée au groupe. D’abord silencieuse observatrice, elle prend désormais part aux tâches du Nid et n’hésite plus à parler, ne craignant plus de se montrer maladroite ou de commettre une erreur. Les Kloropanphylles étant soudés moins par la couleur de leur peau que par leur expérience commune de la maladie, elle ignore comment ils prendraient le fait qu’elle-même ne fasse pas réellement partie des leurs. A moins qu'elle ait été malade elle aussi. Elle pouvait très bien être atteinte de la tare génétique des Connor, même si elle l'a toujours nié, elle se souvient de ce qu'elle a vu, se souvient des cachotteries faites au psy, au neurologue... du mensonge à ses parents. En plus de sa mauvaise conscience, les hypothèses se bousculent dans sa tête. Et si Satine et elle n'avaient fait que pressentir la Tempête ? Alors aucune d'elles n'était "folle". Mais si ce n'était pas le cas alors ce qu'elle avait toujours craint était devenu réalité et son cerveau était bel et bien défectueux. Une hypothèse qui lui répugnait et qu'une fois encore elle s’évertue à nier. Pourtant en six mois, elle a appris à se sentir bien parmi les Kloropanphylles, peut-être mieux que bien : à sa place. Et depuis que son Altération s’est déclarée elle peut être de plus en plus utile au Nid.

Description physique :
Avant, les cheveux de Sloane étaient bruns et ses yeux bleu arctique. Mais depuis la tempête, elle n’a pas échappé à la mutation typique des Kloropanphylles. Sa peau à conserver sa blancheur d'origine, contrastant avec ses cheveux désormais chromes. Ses grands yeux magnétiques ne conservent de leur ancienne couleur que des éclats gris, sur un iris vert lichen. Grande et bien formée, Sloane paraît plus que son âge et fait plus jeune femme que jeune fille. Un atout dans l’ancien monde dont elle aimait jouer, mais qui s’avère désormais plus handicapant puisqu’elle est physiquement plus proche d’une Cynik que d’une Pan. Niveau vestimentaire, elle opte pour un haut en jean de préférence à manches courtes et d’un pantalon épais en toile noire. Un look sage - loin de ses tenues un brin trash d’origine - qu’elle a emprunté à sa sœur jumelle afin de passer inaperçue. Adieu également le maquillage sombre et méticuleux, et bonjour la pureté du simple rien. De son identité « avant Tempête » ne reste qu’une démarche assurée, une posture droite, des gestes méthodiques et un regard franc. Ce dernier a toutefois tendance à s’estomper au fur et à mesure que se développe son altération et bientôt il se fera fuyant, préférant se détourner de certaines vérités. De nature solide, Sloane est très résistante physiquement et ne se plaint jamais ni du froid ni de la faim. Du haut de son mètre soixante dix définitif, elle est parfaitement en mesure de se défendre en cas d’attaque, n’hésitant pas à jouer du couteau s’il le faut.

Caractère :
Ce qui détermine principalement Sloane Connor, c’est cette façon qu’elle a de toujours sauver sa peau, quel qu’en soit le prix. Son principal atout à ce sujet réside dans son sens de l’observation et sa capacité de dissimulation. Que ce soit physiquement ou mentalement, Sloane aime se cacher et renvoyer l’image qu’elle veut dans le seul but de se protéger elle, mais aussi sa sœur. Ainsi, elle n’hésite pas à prendre une apparence rebelle et à passer pour forte, voire dangereuse, aux yeux des autres, ou encore à taire ou travestir la vérité si cela lui permet de survivre. Avant la Tempête, elle avait une réputation de rebelle allumeuse portée sur l’illicite. Elle a entretenu cette réputation, et les gens se sont tenus loin d’elle. Pourtant elle n’était rien de tout cela. Un seul petit ami - un intello en plus - à son actif, des vêtements sombres et courts uniquement pour faire illusion, et ses lèvres n’ont même jamais effleuré une simple cigarette. Intérieurement Sloane est aussi pure et sage que sa sœur jumelle Satine. Mais pour protéger cette dernière que la naïveté et la bienveillance rend faible et incapable de se défendre face aux moqueries des autres depuis la primaire, Sloane s’est rapidement emparée du rôle de bodyguard. Sous ses airs de bad girl, elle est patiente, vive d’esprit, passionnée de littérature et de musique classique ou de BO de films. Finalement, c’est en prenant l’identité de sa sœur après la Tempête qu’elle est le plus proche de sa véritable personnalité. Enfin, Sloane est torturée par sa mauvaise conscience, son sentiment de culpabilité, car c’est de sa faute si sa sœur a été envoyé en psychiatrie, sa faute encore si elle est morte, et ça elle ne se le pardonnera probablement jamais. Depuis la Tempête, ses rapports avec les autres se sont considérablement améliorés. Ne cherchant plus à intimider les gens en général, elle s’est rapidement fondue dans la masse - autre système de survie - et se plaît à aider quand elle peut. Secrète mais avenante, elle participe sans rechigner aux tâches du clan et se découvre plus sociable qu’elle ne l’aurait cru. Faisant partie des plus âgés, elle joue les grandes sœurs, défend les plus jeunes, tente de les recadrer également, et quoi que son instinct maternel soit plutôt atrophié, elle fait de son mieux. Une façon de s’amender en faisant mieux qu’avec Satine. Bien sûr, elle craint à chaque instant de trahir comme elle l’a fait pour sa sœur, terrifiée à l’idée de rejoindre les Cyniks en passant à l’âge adulte. Enfin, pour avoir passé d’innombrables heures chez le neurologue et le psychiatre, elle a développé une sainte horreur pour les médecins du cerveau et ne supporte pas d’être auscultée.

Altération :
Connor a longtemps cru qu’elle n’avait développé aucune Altération. Autour d’elle, les Kloropanphylles se découvraient de nouvelles capacités souvent extraordinaires, alors qu’elle-même ne constatait rien de particulier si ce n’est la coloration physique générale. L’opération s’est effectuée subtilement au point qu’elle pensait au départ à de simples hallucinations post-traumatiques. Des cheveux de différents verts retrouvant leurs couleurs naturelles. Des peaux blanches, noires, ou dorées… comme des visions éphémères de l’apparence première des enfants avant la Tempête. Puis une sensation de danger devant tel ou tel faune ou flore, ou au contraire de bien être, pourtant en contradiction avec son aspect. Ce n’est que lors d’une récente nouvelle manifestation de son don qu’elle parvint à l’identifier un tant soit peu. Un jeune Kloropanphylle se portant volontaire pour une garde de nuit fut félicité par ses compères à qui il ôtait une épine du pied. Pourtant, Connor entendit comme une seconde voix faire écho à celle du jeune garçon. Une voix qui n’utilisait pas de verbe, qui ne parlait même pas sa langue mais qu’elle comprenait parfaitement. Elle disait que le garçon était en fait terrifié à l’idée de dormir, craignant les cauchemars, et Sloane comprit que c’était pour cette raison qu’il préférait travailler la nuit. Après réflexion, elle définii son don ainsi : Percevoir la véritable nature des choses. Percer les illusions. Depuis qu’elle y a apposé une description, son altération se manifeste plus souvent, quoique de façon tout à fait aléatoire et, si elle entrevoit de plus en plus régulièrement le véritable physique de ses congénères, elle-même ne s’est jamais plus vue autrement qu’en vert. Comme si sa véritable nature était d’être une Kloropanphylle. Ou comme si la Tempête cherchait à la punir de ses dissimulations passées et présentes.

Possessions :
- Sac à dos
- Gourde d’1,8L en acier inoxydable et isotherme
- Calepin, cahier, un stylo, et un critérium
- Couteau avec lame n’excédant pas la largeur de la paume d’une main
- Montre et une chaîne épaisse de 45cm en argent
- Livre : Les Liaisons Dangereuses


Dernière édition par Sloane Connor le Ven 11 Mai 2012 - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sloane Connor
Kloropanphylle
avatar

Messages : 152
Points : 182

Feuille de personnage
Age PJ: 17 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Percevoir la véritable nature des choses, percer les illusions/mensonges.

MessageSujet: Re: Sloane Connor   Mer 4 Jan 2012 - 10:27

Mes aventures sur Autre-Monde
Les RP auxquels j'ai participé.

INTRIGUE : DANGER IMMEDIAT

Juin 2009 :
- Sus à l'intrus ! - TERMINE
- En sacrifier un pour en sauver des dizaines... - TERMINE
- Virulence et contagion - TERMINE

Août 2009 :
- Un chêne qui perd ses feuilles - TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
 
Sloane Connor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sloane Connor
» Connor Rankin
» (M/LIBRE) CONNOR JESSUP ♫ a passed life.
» Compte en banque de James O. Connor
» La WWE rend hommage a Connor Michalek

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde :: Archives :: Les Archives :: Personnages Inactifs-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit